Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

globalization-1082651_1280

Les cyber-risques font la une de toute l’actualité et le monde des affaires se focalise dessus en raison de l’apparition et de l’utilisation de nouvelles technologies numériques et par suite de la survenance d’importants incidents. Ces derniers portent sur l’e-réputation, l’image de marque, la protection des données, les violations d’accès, les piratages, les malversations frauduleuses…

Ces nouvelles menaces sont une des conséquences de la mondialisation des affaires. Cette même mondialisation, à laquelle s’ajoute une volatilité et une instabilité des marchés (voire des turbulences mineures ou majeures) de plus en plus accrues, ont nettement accentuée l’existence d’anciens risques pouvant être garantis par la Coface : pays, politique, économique, approche de nouveaux marchés et coûts de prospection…

Mais avant toute chose, c’est le risque d’interruption de l’activité qui prévaut. Cette dernière, ayant un fort impact sur le chiffre d’affaires, peut découler d’un seul facteur ou d’un faisceau d’une multitude de causes.

Nous sommes tous sûrs que notre dispositif de gestion des risques est parfait et qu’il a été éprouvé par l’expérience, tout comme nos processus de conformité (prévention et contrôle) et ceux de notre dispositif de contrôle interne.

Mais comme nous pratiquons des revues de direction dans tout système de la qualité, dont un des objectifs est l’amélioration continue,  nous ne pouvons, dans un tel contexte, nous contenter d’une simple révision et adaptation de nos dispositifs de protection.

Nous devons nous projeter plus loin et envisager une refonte des outils de gestion des risques et de contrôle .

Ce résultat est d’une actualité brûlante : plus que le risque d’incendie, d’atteinte à la réputation ou à l’image de marque ou encore de rappel de produits défectueux, les entreprises redoutent surtout les risques de cyber-attaques. Le «cyber-risque » (faille de sécurité informatique, piratage informatique, violation de données etc.) compte ainsi parmi les 5 facteurs de risques majeurs pour les entreprises basées en France et dans le monde. C’est ce que révèle le  Baromètre des risques 2017 d’Allianz, publié le 11 janvier.

http://www.lemoci.com/actualites/entreprises-secteurs/risques-entreprises-les-cyber-risques-principale-crainte-des-entreprises-en-2017-selon-allianz/