Étiquettes

, , , , , , , ,

rules-1339917_1280

Les mots en caractères gras dans le texte cité sont de mon fait.

C’est malheureusement l’exemple de la mauvaise  initiative, et ce, d’autant qu’elle provient d’un directeur informatique.

Deux cas peuvent se présenter :

  1. Une nécessité informatique : Bien que contraignant et coûteux pour une association et l’absence de résultats immédiats, il vaut mieux exécuter ce type d’essai en environnement de tests et de basculer en production lorsque les recettes (tests d’acceptation ou résultats) donnent satisfactions.Cette étape implique, en la présence effective des différents acteurs du projet, maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage, le déroulement rigoureux de procédures de tests préalablement décrits, et l’identification de tout écart fonctionnel ou technique. Toutes suspicions seront ainsi évitées.
  2. Une nécessité impérieuse sans autre alternative possible : Bien que je ne recommande pas du tout cette procédure, il peut s’agir d’un contrôle très spécifique et exceptionnel mené par l’audit interne. Dans ce cas, le contexte, le déroulement et l’utilisation des résultats obtenus pour l’opération examinée doivent être dûment et précisément décrits dans un document officiel avant toute intervention.  Il va de soi que l’utilisation de comptes ou d’éléments propres aux intervenants ou proche d’eux est strictement prohibée et que cet acte ne peut s’accomplir sans l’accord d’une hiérarchie la plus haute possible.

 

Il se faisait passer pour un demandeur d’emploi alors qu’il gérait une équipe chargée de détecter les fraudeurs de l’Unédic.

En octobre 2013 j’ai utilisé une fois mon propre compte pour faire un test opérationnel. J’ai sous-déclaré mon temps de travail pour simuler une activité partielle et vérifier les courriers adressés aux chercheurs d’emploi », avance-t-il. Et de préciser : J’ai perçu une indemnité chômage que j’ai spontanément remboursée à Pôle emploi une semaine plus tard. Ce test et l’initiative que j’ai prise pour le réaliser étaient connus au sein de mon équipe. Tout se résume donc à une indemnité reçue pendant une semaine ».

http://www.europe1.fr/economie/a-lunedic-le-chasseur-de-fraude-qui-etait-un-fraudeur-2688784