Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

man-97975_1280

Éthique professionnelle : ensemble des règles de conduite propres à une société, à un groupe.

Code d’éthique : code non directif qui reflète une morale, des valeurs. Ce n’est qu’un support de diffusion et d’information des collaborateurs et des personnes extérieures à l’entité.

« Le Comité d’éthique du CNRS pilotera ce processus essentiel qui demandera des révisions périodiques » (extrait CNRS). Elaborer une éthique professionnelle est un premier pas, mais demeurera sans valeur si la gouvernance ne développe pas une culture de l’éthique auprès des collaborateurs et si elle ne procède pas à son actualisation régulière.

L’éthique n’est pas une valeur « statique ». Elle est une compétence à même d’être jugée à un instant « T » par les ressources humaines (RH), lors d’un recrutement (CDI ou provisoire), et continuellement par le management.

Tout organisme doit faire face à un risque de manquement à l’éthique en raison d’une confrontation perpétuelle entre l’éthique individuelle du collaborateur et l’éthique collective préconisée par la gouvernance.  L’éthique individuelle peut brusquement différée de l’éthique collective suite à une situation donnée et inattendue ou lors de variabilités philosophiques propres à l’individu en réponse à un contexte extérieur.

Selon l’étude publiée le 15 mai 2017 par PWC, les entités les plus touchées sont les très grandes entreprises. Nous sommes en présence d’une éthique globale devant prendre en compte toutes les particularités propres à chacun des pays où l’entité est implantée. Le risque de « dérapage » est décuplé eu égard aux dissimilitudes d’éthiques individuelles liées aux différences culturelles (risques interculturels).

L’éthique professionnelle ne se déploie pas qu’au sein d’une entité, il doit y être inclus les parties prenantes. Principalement, les fournisseurs, les intervenants externes, les prestataires de services, …

Elle a encore pris plus d’importance au travers de la responsabilité sociétale (RSE), de la projection de l’image de toute entité décuplée par les outils numériques et du risque de réputation.

Comme toutes fonctions et compétences, l’éthique doit être l’objet d’une évaluation périodique par l’audit interne ou, plus spécialement, par l’audit qualité.

Le nombre de licenciements, liés au manque de déontologie, a augmenté de 36 % depuis 2012. Cette hausse est significative dans les très grandes entreprises.

Source : Le Monde Entreprise : http://go.squidapp.co/n/ffyptcP