Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

system-1527684_1280

Les entités publiques comme les entreprises auront bientôt l’obligation de nommer un Data Protection Officer : un DPO, qui devra veiller au rigoureux respect de la nouvelle réglementation européenne vis-à-vis de la protection des données personnelles. Un poste technique, juridique et surtout très politique. Article paru dans le n°157 de L’Informaticien. https://www.linformaticien.com/dossiers/data-protection-officer-un-gardien-pour-les-donnees-personnelles.aspx#suitedpo

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui sera effectif le 25 mai 2018, rend obligatoire la nomination d’un Data Protection Officer (DPO) pour les entités publiques et certaines entreprises. « Ce délégué à la protection des données sera au cœur du nouveau cadre juridique européen », résume le groupe de travail G29, qui réunit les « Cnil européennes ». La nomination d’un DPO sera donc incontournable pour toutes les entités publiques du Vieux Continent, telles que les collectivités locales, les hôpitaux, les universités… Côté entreprises, le DPO sera obligatoire pour celles dont l’activité principale les amènent à réaliser à grande échelle un suivi régulier et systématique des personnes (profiling), ou de traiter des données «sensibles» – santé, opinions politiques ou religieuses, orientation sexuelle, etc. – ou des données relatives à des condamnations et infractions pénales.

Parmi les entreprises qui devraient être concernées par cette obligation : des sociétés d’e-commerce ou de marketing digital, des banques et assurances, des établissements de soins ou encore des entreprises du secteur des télécoms.

via Data Protection Officer : un gardien pour les données personnelles — Cybercriminalité

A consulter également :

Portrait Hélene Legras DPO AREVA « Le DPO est plus un profil du savoir être que du savoir faire »

Data protection officer (DPO) : définition, formation et salaire

La fonction de DPO attise les convoitises et déclenche des luttes de pouvoirs dans les entreprises