Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

freelance-2906725_1280

Cette directive instaure plusieurs nouveautés dont les plus importantes, selon moi, sont :

  1. L’obligation de l’authentification forte.
  2. L’ouverture du marché à d’autres acteurs (autres que bancaires). Pour ce dernier point, c’est la nécessité de fournir des informations à propos de nos comptes à d’autres entités que notre banquier actuel. Ceci sous réserve de la mise en place par les nouveaux acteurs (Fintech…) d’un canal de transmission sécurisé et standardisé.

La directive européenne sur les services de paiement 2ème version (DSP2) entre officiellement en vigueur ce samedi 13 janvier. Elle rend obligatoire l’authentification forte pour les paiements de plus de 30 euros

Certaines dispositions sur l’accès aux données, au cœur d’un bras de fer entre banques et startups de la Fintech, ne seront mises en place qu’en septembre 2019.

« Des services de paiements moins chers, plus sûrs et plus innovants. » Ce samedi 13 janvier est entrée en vigueur dans toute l’Union européenne la directive révisée sur les services de paiement (DSP2), qui « intègre et abroge » la première directive sur le sujet adoptée en 2007. Ce texte a fait l’objet d’une âpre bataille entre la Commission européenne, l’Autorité bancaire européenne (ABE), les banques et les startups de la Fintech (technologies financières). L’objectif est de « favoriser l’innovation, la concurrence et l’efficience » du marché et plus précisément de « moderniser les services de paiement en Europe au profit tant des consommateurs que des entreprises, de manière à rester en phase avec ce marché en évolution rapide » selon la Commission.

 

A consulter également :

Paiements : les banques appelées à changer d’approche