Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

debate-1993399_1280

Dans un entretien avec Contexte, la présidente de la Cnil revient sur l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données en mai 2018, qui nécessite un « toilettage » de la loi actuelle. Il pourrait passer par un texte classique ou par des ordonnances.

La mission d’information sur les conséquences de l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données (RGPD) sur la loi française indiquait un calendrier très serré à respecter pour être dans les temps. Êtes-vous confiante ?
Pour le moment, nous n’avons pas assez d’éléments pour avoir une vision précise du calendrier. Nous avons besoin qu’un texte soit prêt et déposé en Conseil des ministres sous une forme ou une autre au plus tard en septembre, compte tenu du processus législatif.
Cette loi Cnil 2 n’est pas une fantaisie, ce bout de loi nationale est un élément indispensable qui permet au RGPD d’être effectivement mis en œuvre à compter du 25 mai 2018. https://www.contexte.com/article/numerique/rgpd-cnil-falque-pierrotin_71510.html

via « Il ne faut pas voir le RGPD comme un couperet en 2018 », Isabelle Falque-Pierrotin — Cybercriminalité

 

A consulter également :

La CNIL ouvre les données de déclarations pour aider la préparation au GDPR

Les collectivités se préparent au nouveau règlement général sur la protection des données

Data Protection Officer : un gardien pour les données personnelles

RGPD, le dossier pour tout comprendre