Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

grid-1511498_1280

Pour contenter les directions générales, certains acteurs visent la simplicité à outrance pour essayer de répondre vite et bien à leurs exigences d’efficacité. En réalité, ils le font de manière biaisée. Deux exemples récents me viennent à l’esprit pour illustrer ce propos : les agences de notation en cybersécurité et les offres des constructeurs, en particulier celles liées aux cyberassurances.

La note en trompe-l’oeil
Dans le premier cas, les acteurs de ce marché évaluent le niveau de sécurité et donnent une note, souvent en comparant au reste du secteur. Cela paraît presque magique ! Dans les faits, elles n’évaluent qu’une partie infime du système d’information, en particulier les sites Internet et la messagerie externe. Si cette note est bien réelle, elle est souvent volatile et trompeuse.

Des équipements en apparence sécurisés
Le deuxième cas a eu une déclinaison très récente. Le secteur de la sécurité est trop habitué à recevoir des messages plus ou moins « trompeurs » des éditeurs. Qui n’a pas lu le fameux « achetez ma solution, vous serez conforme au règlement européen RGPD » ou « le cloud, c’est sécurisé, il n’y a rien à faire » ? …

Les Échos : Cybersécurité : gare à l’illusion de sécurité ! https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/technologie/cybersecurite/0301303627888-cybersecurite-gare-a-l-illusion-de-securite-318999.php

 

A consulter également :

L’idée de labélisation et de certification fait son chemin en Europe

La cybersécurité face aux changements de paradigme — Cybercriminalité

Rencontres IHEDN du 20 mai 2017 – Guerre pas net — Cybercriminalité

[Gestion des risques] Assurance des cyber-risques: quelle couverture adopter?

La cybersécurité doit devenir l’affaire de tous

Cybersécurité : l’hygiène de base continue de faire défaut

Décryptage : les risques liés à la sécurité informatique en entreprise