Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

quality-control-1257235_1280

Le présent billet a pour objet de vous parler de l’audit interne, mais plus précisément de l’audit qualité (partie d’un tout appelé système de management de la qualité ou SMQ).

Cette dernière fonction est moins connue des non initiés, et ce, même si des similitudes existent avec l’audit interne.

Les principales différences sont au nombre de trois :

  1. L’objectif recherché : Un auditeur qualité doit prouver que l’entité auditée répond à la satisfaction des exigences de la norme retenue. Par contre, un auditeur interne doit s’assurer que l’entité auditée a une parfaite maîtrise de son activité.
  2.  Le domaine d’intervention : L’auditeur qualité,  à partir d’un Manuel Qualité, identifie et s’assure que les procédures et les actions liées satisfassent aux exigences de la norme retenue. Par contre, l’auditeur interne vérifie l’atteinte des objectifs fixés à l’entité auditée, la parfaite maîtrise de ses processus et le respect des éléments du système de contrôle interne.
  3. Le référentiel retenu :  L’auditeur qualité se basera sur la norme retenue, principalement la norme ISO, mais il peut être appliqué d’autres référentiels (normes) : EFQM, AFAQ… Par contre, l’auditeur interne peut utiliser une norme de travail (normes internationales pour la pratique de l’audit interne de l’IIA) et le référentiel interne définit par la gouvernance au sens large de son organisation incluant les processus liés au système de contrôle interne.

L’audit interne : quelle utilité ?

Rappelez-vous de vos années étudiantes. Avez-vous déjà obtenu un diplôme sans passer d’examen ? Non. Pour obtenir un diplôme, en général, il faut passer un examen. La meilleure façon de le réussir est donc de se tester. Souvenez-vous de votre baccalauréat. Levez le doigt celui qui n’a jamais planché sur les fameuses “Annales du bac”. En qualité, c’est la même situation.

Pour assurer un audit externe, il faut commencer par réussir son audit interne qui fait office d’examen blanc.
Le but est donc de vérifier sa conformité à un référentiel normatif ou privé voire même à un cahier des charges clients. L’audit interne est aussi un outil de progrès dans les Systèmes de Management de la Qualité. D’ailleurs, et j’y reviens souvent au cours d’article ou de guide, si on prend la sacro-sainte roue de Deming, une des 4 faces qui la compose exprime la nécessité de CONTRÔLER.

Au-delà de la détection de défaillance vis-à-vis d’un référentiel, l’audit met aussi en lumière ce qui fonctionne bien dans votre entreprise. Ceci dans le but d’utiliser ce qui fonctionne bien pour résoudre ce qui ne va pas.

Certains grands groupes ont d’ailleurs créé des services ayant pour unique rôle (pas de tout repos) de réaliser les audits internes et suivre les actions pour l’ensemble des sites du groupe. Ils s’assurent ainsi une meilleure réussite aux audits de certification.

Alors, comment réaliser son audit interne ?

Source blog « QHSE » https://t.co/9BtnMNkima

 

A consulter également :

Normes, certification… Qu’est-ce que l’Afnor apporte aux entreprises ?

Big Data : nouvelle méthode marketing, nouvel or noir ou nouvelle approche des marchés et des projets ?  (Plus particulièrement, les parties concernant la qualité des données et l’audit interne).

Jetez un coup d’œil à « Système de Management de la Qualité (SMQ) »

Comment fédérer les énergies des fonctions de contrôle en entreprise dans une approche à forte valeur ajoutée?