Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

banner-909710_1280

Créer une ou des banque(s) de données, au sens envisagé au Japon, est-ce raisonnable ? Apparemment, cette pratique est en vigueur en Chine et aux USA.

Ce qui peut surprendre tout européen, est que cette initiative, non encore concrétisée en pratique, soit proposée par la branche bancaire d’un groupe financier japonais.

Même si toute personne est propriétaire de ses données personnelles, est-il judicieux de se diriger vers une « cession » desdites données en échange d’une compensation (bons d’achat ou autre service d’une valeur équivalente aux données fournies). Comment définir la valeur « financière » des données cédées ?

Cette « cession » permettra à la banque de données, comme toute banque dans des opérations financières traditionnelles, de prêter les données recueillies à d’autres entreprises (compagnie d’assurance, vente en ligne …).

Hormis les problématiques de protection des données personnelles, de la sécurité des systèmes d’information et des outils numériques (y compris IoT) et de protection de la vie privée, cette innovation entraîne un choix et une nouvelle culture sociétale en termes d’éthique.

Une nouvelle forme de commerce de données personnelles pourrait voir le jour au Japon. Le particulier serait considéré comme un fournisseur de données, dont le service serait récompensé.

Des chaussures munies d’un détecteur pour compter le nombre de pas, mesurer le rythme de la marche ou encore l’ampleur des pas : c’est l’une des innovations présentées au Ceatec Japan, salon des technologies informatiques, qui s’est tenu du 16 au 19 octobre dans la banlieue de Tokyo. Cette invention, développée par la branche bancaire d’un groupe financier japonais – Mitsubishi UFJ Trust and Banking – est “une expérimentation dans le cadre d’un projet de ‘banque de données personnelles’”, rapporte l’Asahi Shimbun.
Il s’agit d’une nouvelle conception de l’utilisation commerciale des données personnelles. À l’instar de ce qui existe dans le système bancaire, avec ce nouveau type de produit, le particulier déposerait auprès d’une société des informations à caractère personnel, concernant par exemple ses activités physiques, l’historique de ses déplacements ou encore ses résultats d’examens médicaux.

Source : Courrier International – Économie https://www.courrierinternational.com/article/economie-les-japonais-tentes-par-lexploitation-commerciale-de-donnees-personnelles

 

A consulter également :

Personnification et identité auto-souveraine : deux pistes pour sortir de l’ornière du RGPD — Actus à la une

La protection des données dans le monde