Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

De l’ingéniosité sans limite des fraudeurs, de la problématique liée aux lanceurs d’alerte… et sûrement d’une présence d’une petite brèche dans le système de contrôle, voire de l’audit internes.

«Pathé semble avoir été la cible d’un groupe de fraudeurs professionnels qui, grâce à une communication raffinée, a réussi à gagner la confiance de certains collaborateurs » de la filiale du groupe aux Pays-Bas, a déclaré un tribunal d’Amsterdam. La raison ? Le groupe français de cinéma a été la cible d’une fraude de plus de 19 millions d’euros commise en mars par des personnes se faisant passer pour des dirigeants auprès de la filiale du groupe aux Pays-Bas.
« Le fraudeur a réussi à convaincre les collaborateurs de transférer plusieurs fois un montant considérable d’argent, pour un total de plus de 19.200.000 euros », a ajouté le tribunal dans un jugement du 31 octobre rendu public vendredi. Le tribunal d’Amsterdam rendait une décision dans le cadre d’une procédure ouverte par l’ex-directeur financier de Pathé Pays-Bas, Edwin Slutter, à l’encontre du groupe français. Il protestait contre les conditions de son licenciement après la découverte de la fraude dont il a été la cible.

Source : MSN.com – Section Actualités https://a.msn.com/r/2/BBPy6om?m=fr-fr&referrerID=InAppShare

 

A consulter également :

« Les cyberfraudes n’arrivent pas qu’aux autres »

Le statut des lanceurs d’alertes dans la Loi Sapin II

Lanceurs d’alerte : des conséquences floues pour les DSI