Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Dans la continuité de la protection des lanceurs d’alerte déterminée par la loi Sapin II, l’ONG de lutte contre la corruption Transparency International publie un guide pratique afin d’aider les lanceurs d’alerte dans leur parcours, encore proche de celui du combattant.
Des “clefs pour agir, se protéger et se défendre”. Un an après le vote définitif de la loi Sapin II, Nicole-Marie Meyer, lanceuse d’alerte au Quai d’Orsay avant de devenir responsable de l’alerte éthique au sein de l’ONG Transparency International, a décrypté les textes de loi et la jurisprudence et répertorié les adresses utiles aux lanceurs d’alerte. Un travail qui se matérialise par un guide pratique de 60 pages à l’intention de “tout citoyen désireux de faire un signalement dans l’intérêt général” (à retrouver en fin d’article). Définition juridique du lanceur d’alerte, nécessité d’attester son alerte et de conserver des preuves, ou erreurs à ne pas commettre pour ne pas perdre le statut et les différentes protections qui l’accompagnent… Une série d’informations qui ont vocation à informer les citoyens de leurs droits, obligations, protections et moyens de défense pour éviter de choisir de se taire ou de s’exposer à des risques de licenciement et de poursuites judiciaires qui ponctuent généralement le parcours des lanceurs d’alerte.

Source : Le Lanceur https://www.lelanceur.fr/lanceur-dalerte-un-guide-pratique-pour-se-proteger/

A consulter également :

Loi Sapin 2 – Cartographie des risques et dispositif anticorruption : parallèle avec le dispositif applicable aux banques

Le dispositif d’alerte : montée en puissance de l’alerte éthique et professionnelle

Le statut des lanceurs d’alertes dans la Loi Sapin II

Lanceurs d’alerte : des conséquences floues pour les DSI

Le lanceur d’alerte publie son manifeste : « La révolution sera numérique »

Qu’est-ce qui empêche des employés de tirer le signal d’alarme ?