Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

Le 26 décembre, la compagnie a licencié Denis Breteau qui a porté plainte en 2012, dénonçant des appels d’offres biaisés dont aurait bénéficié le groupe américain IBM.
C’est un licenciement qui pose question. Sept ans après avoir porté plainte contre X pour des suspicions de manipulation d’appels d’offres au sein de la SNCF, le cheminot à l’origine des révélations a été limogé par la compagnie ferroviaire.
Après dix-neuf ans passés au service achats de l’entreprise publique, Denis Breteau, 53 ans, basé à Lyon, a reçu sa lettre de licenciement le 26 décembre 2018. De quoi éprouver « un grand sentiment d’injustice », confie l’ingénieur. « Des supérieurs m’ont demandé de truquer des appels d’offres, j’ai dénoncé les faits. Et maintenant, la SNCF me licencie. C’est un mauvais signal envoyé à tous ceux qui veulent s’opposer aux malversations dans la compagnie ferroviaire. »

Fin 2016, une enquête préliminaire a pourtant bien été ouverte par le parquet national financier (PNF) pour vérifier si la SNCF a favorisé l’entreprise américaine IBM dans ses appels d’offres de matériels informatiques. Des marchés potentiellement suspects, qui, cumulés, auraient fait perdre à la SNCF 150 millions d’euros.
Dans cette affaire, Denis Breteau a déjà été longuement entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Des échanges de mails et des documents liés à ces marchés ont été récupérés. « Les investigations se poursuivent, assure le PNF. Deux magistrats en ont la charge. »

Source : Le Parisien http://m.leparisien.fr/amp/economie/la-sncf-licencie-son-lanceur-d-alerte-23-01-2019-7995399.php?__twitter_impression=true

A consulter également :

Le statut des lanceurs d’alertes dans la Loi Sapin II

Lanceurs d’alerte : des conséquences floues pour les DSI

Le lanceur d’alerte publie son manifeste : « La révolution sera numérique »