Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le ministère de l’Intérieur met à disposition du public sur la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, dont il est membre fondateur, un outil gratuit de déchiffrement du rançongiciel PyLocky.
PyLocky est un programme malveillant (appelé communément « virus ») de la catégorie des rançongiciels (ou ransomware en anglais). Il rend inaccessible les fichiers de la victime en les chiffrant et lui réclame une rançon en échange de la clef qui pourrait permettre d’en recouvrer l’accès.
PyLocky se propage généralement par message électronique (email) et se déclenche à l’ouverture d’une pièce jointe ou d’un lien piégés.
PyLocky est très actif en Europe et on compte de nombreuses victimes en France tant dans un cadre professionnel (entreprises, collectivités, associations, professions libérales) que particuliers.
Cet outil est le fruit de la collaboration des services du ministère de l’Intérieur, en particulier de la Brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information (BEFTI) de la Direction régionale de la police judiciaire de Paris qui a pu récolter dans le cadre de ses investigations des éléments techniques en association avec des chercheurs en sécurité bénévoles. Ces éléments ont permis au Service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure ST(SI)², rattaché à la Gendarmerie nationale, de réaliser ce programme.

Source : CYBERMALVEILLANCE.GOUV.FR https://nzzl.us/HEhTdPk via @nuzzel

A consulter également :

Cybersécurité : le ransomware, n°1 des attaques en France

Avec les ransomwares, le pire ce n’est pas la rançon, mais l’impact sur la continuité de l’activité

Retour sur l’évolution du modèle économique du rançongiciel

Ressources humaines, ce CV peut cacher le ransomware GoldenEye

Cyberattaques: le « ransomware » ou « rançongiciel », un petit commerce prospère